mercredi 11 février 2009

Travail d'étudiant(e): "Pourquoi Médée?" ; entretien avec Christa Wolf

Propos recueillis le 25 janvier 1996 par Petra Kammann

Pourquoi les personnages féminins jouent le rôle le plus important dans vos romans et nouvelles ?
 > Elle use des femmes « dès lors que les conflits dont je traite apparaissent de façon plus aiguë chez des femmes ».

Qu'est-ce qu'il l'a poussé à faire de cette « pessimiste » une héroïne ? Pourquoi usage d'une figure mythologique ?
 > (Cassandre et ) Médée = personnage non pas de l'Antiquité mais de la préhistoire, de la mythologie. Recours à personnage lointain pour « filtrer les problèmes contemporains et de les faire apparaître de manière particulièrement limpide, justement parce que je me place sur un terrain préhistorique, mais déjà avec des groupes sociaux structurés de manière hiérarchique et patriarcale. » Usage des sociétés archaïques comme modèles.

Comment ce choix de Médée ?
 > 1990/1991 : réflexion sur personnage de Médée. Lorsqu'il y a une crise on (notre culture) « retombe toujours dans les mêmes stéréotypes de comportement : exclure certains êtres humains, les transformer en boucs émissaires, créer des images de l'ennemi jusqu'à les prendre pour vraies et méconnaître la réalité. ». L'exclusion du féminin existe depuis toujours, elle traverse l'histoire depuis le début du patriarcat.

Colchide = état idéal ?
 > Non : Médée la quitte car la ville-état change. Médée = « personnage à la frontière entre deux époques ». Colchide = ville-état où le système matriarcal subsiste dans les mémoires ≠ Corinthe déjà entièrement voué au patriarchat.  Femmes n'ont plus rôle dominant, ne sont plus des êtres autonomes.
Médée = personnage positif et non la meurtrière de ses enfants.
 > Dernier trait présent seulement chez Euripide (Vème siècle avant J.-C). Avant, Médée = déesse, prêtresse, guérisseuse, celle qui est de « bon conseil » (signification de son nom). Raisons de cette image positive à une négative : le patriarcat (par peur) a eu besoin de repousser certaines caractéristiques  féminines,  il a donc transformé le personnage en son contraire. Pressentiment né chez l'écrivaine du fait que les valeurs matriarcales sont contraires à l'infanticide, et confirmé par sources antérieures.

Médée est-elle bonne ? (                ...                )
 > « bon et mauvais ne sont pas des catégories littéraires. ». Pour les puissants de Corinthe, la femme soumise=bonne ≠Médée ayant un autre système de valeurs. Relations avec Glaucé et Agaméda varient car Médée connaît leurs motivations.

Comment s'est développé ce système de voix ?
 > Forme qui lui est apparue tardivement. Moyen de rendre à chacun des personnages son dû sur le plan littéraire + moyen de présenter Médée dans toute sa contradiction à travers ≠ points de vue.

D'où viennent personnages de Leukos et Oistros, absents chez Euripide, deux personnages masculins positifs ?
 > La plupart des personnages, eux y compris, sont inventés. But n'est pas de représenter femmes sympathiques d'un côté et de l'autre hommes antipathiques. Besoin des deux sexes pour sauver le « bateau ». ( Oistros originaire de Crète où l'art minoen conserve témoignages de la culture matriarcale). 

Retour au matriarcat aurait-il un sens ?
 > Non, situation archaïque et indifférenciée. Il faut les 2 sexes pour transformer le monde et forger ses valeurs.

Pourquoi une citation mise en exergue à chaque chapitre ?
 > Référence aux anciens et nouveaux auteurs = liste des précurseurs qui font partie de la chaîne dont chacun est le maillon.

(Pourquoi Médée aime-t-elle Jason, qui se révèlera indifférent ?
 > Médée quitte la Colchide avec lui et non pas à cause de lui. Médée l'aime car c'est un « homme superbe ».)

Pourquoi Jason se laisse-t-il entraîner par le pouvoir ?
 > Il se transforme en qqn d'autre sous la pression des circonstances, il décide de s'adapter complètement pour sauver sa famille.

Comment s'est formé le tissu de l'histoire ?
 > Recherche et lecture sur Médée, la Colchide, Jason, Toison d'Or, Argonautes,... ( travail fait entre 1992/1993 en Californie) et à partir de là invention. « On invente plus facilement sur la base de ce qu'on connaît ». Formation d'un paysage intérieur dans lequel personnages évoluent. Histoire ayant pour centre : le crime, élément premier de la fondation d'un gd nombre cités.

Cette découverte = raison suffisante pour détruire Médée ?
 > En effet. Les Corinthiens craignaient qu'elle ne divulgue ce secret, elle représentait une menace.

Lors de cet entretien, il y a quelques allusions au contexte historique allemand (cf: période nazie/RDA durant laquelle écrivains allemands contraints à l'exil et à la censure).

Source de l’ouvrage: La dimension mythique de la littérature contemporaine, Ariane Eissen et Jean-Paul Engélibert, La Licorne (2000)

                                                                                                         

Source:  Travail de Coralie Vigneron - 11.02.2009 à 13h49 -

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire